Des Moyens Naturels de Santé & des Produits Naturels, Sains et Bons pour l'Etre Humain!
Accueil | Connexion clients | Créer un compte | Affichez le flux RSS de Vivre Naturel
Vivre Naturel
Un ou plusieurs mots   Expression exacte
Catalogue des produits   Articles et infos
Vivre Naturel c'est judicieusement mettre à profit tous les Bienfaits de la Nature!
Votre panier
Vivre Naturel
Les produits Vivre Naturel
Meilleures ventes
Vivre Naturel
Newsletter
Votre adresse email :

Vivre Naturel
En cadeau!
Cliquez sur l'ebook pour le télécharger gratuitement.
Retour à l'Equilibre Acido-Basique
Vivre Naturel
Mieux-etre
A la découverte de la Bio-Musique Bio-Music
Être Bien - Le livre de Joseph Stutz Être Bien
La Musique Naturelle selon Frank Nabet La Musique Naturelle
Le Grand Nettoyage du Foie Le Nettoyage du Foie
Les différentes Gammes Musicales - Frank Nabet Les Gammes de Musique
Néosanté - Le sens des maux, les solutions bio Néosanté
Soigner l'âme par la Poésie Poésie Guérissante
La Puissance de votre Métabolisme Puissance du Métabolisme
Vivre Naturel
Compléments Alim.
Allégations de santé officiellement autorisées pour les compléments alimentaires Allégations de santé
BcomeBio - Témoignages BcomeBio
Catalyons Catalyons
Psyllium - L'Ami du Côlon Psyllium
La Vitamine C - Une Vitamine pour la Vie Vitamine C
Vita Nutrition & Bio-Electronique Vita Nutrition & Bio-Elec
Vivre Naturel
Nutrition Saine
Cuisiner à basse température, sans eau ni graisse Cuisson à basse température
Cuisson à l'étouffée ou bien cuisson à la vapeur douce? Etouffée ou vapeur douce?
Les Graines Germées Graines Germées
Se nourrir sans gluten - Un Choix judiicieux La vie sans gluten
Les Jus de fruits, d'herbes et de légumes Les Jus de Légumes
Se nourrir sans gluten pour se portier mieux Se nourrir sans gluten
Témoignages Green Abgel & Pure Angel Newlife 777 Témoignages Green Angel
Le foie mon partenaire

Le Foie, mon partenaire santé

Un livre de Raymond Dextreit

Collection Vivre en Harmonie

- Extraits -

Copyright 1996 by Raymond Dextreit
Vivre en Harmonie

 

Avertissement préalable: Cet ouvrage constitue une documentation sur les méthodes naturelles s'adressant aussi bien aux médecins qu'aux malades, la collaboration  des  uns  et  des  autres  devant  être  recherchée  pour  un meilleur résultat.

Si quelques symptômes de diverses affections peuvent être décrits, ils ne le sont que dans le cadre d'une documentation générale, et cela ne saurait évidemment pas remplacer le diagnostic médical.

L'éditeur ne saurait être tenu pour responsable des conséquences d'une mauvaise interprétation de cet ouvrage par les lecteurs.

 

MOT DE L'AUTEUR

Les évocations d'un possible dérèglement du foie sont pourtant fréquentes: «C'est mon foie qui ne va pas», «je viens de faire une crise de foie», «il devrait bien soigner son foie»; elles sont encore loin de donner le tableau exact de la situation réelle.

Le nombre des troubles ou lésions découlant de perturbations dans le système hépatique est tel qu'il serait peut-être plus simple de  dresser  la  liste  des  maux  ne  permettant  aucun  rapprochement.

Bien des lecteurs seront étonnés de ce qui est avancé. Qu'ils soient bien persuadés qu'ils ne vont pas se trouver devant des élucubrations  plus  ou  moins fantaisistes  ou  une  théorie  plus  ou moins  originale,  plus  ou  moins  séduisante,  mais  uniquement devant des considérations, remarques et conseils inspirés par des années d'expériences et d'observations.


LE FOIE - INTRODUCTION

Ce n'est pas toujours sans réticence ou surprise qu'un malade apprend que le départ des troubles qu'il ressent ou enregistre, se situe  au  niveau  du  foie,  alors  qu'aucune  douleur  n'affecte  la région hépatique. Sauf  en  cas  de lithiase  biliaire ou,  naturellement, d'abcès ou autre manifestation de ce genre, le foie est rarement le siège de douleurs. L'inflammation de la vésicule biliaire peut  se  traduire par une  sensation douloureuse  à la palpation, mais l'apparition des coliques hépatiques ou autre manifestation douloureuse en dessous du rebord costal droit traduit généralement une migration des calculs biliaires ou la présence de boue dans les conduits.

Bien d'autres symptômes sont révélateurs d'un désordre de la fonction hépatique. On en trouvera l'énumération et la justification des démarches, après que l'on aura donné des précisions sur l'organe lui-même avec quelques données d'anatomie et de physiologie.


L'ORGANE

Occupant tout l'hypocondre droit et une partie de l'épigastre, le foie, dont le lobe gauche atteint l'hypocondre gauche, se trouve au-dessous du diaphragme, au-dessus de l'estomac et des intestins. Divers ligaments le maintiennent en place, de même que le diaphragme dont il subit les effets du déplament.

Le foie dispose d'un tel pouvoir de régénération que s'il est détruit en partie, ses tissus se reconstituent, même pour une moitié de l'ensemble.

Le  tissu  du foie  se  compose  d'un  nombre  considérable  de petits granules du volume d'un grain de millet; ce sont les lobules hépatiques dont chacun est un petit foie en miniature, avec ramifications  de  la  veine  porte,  de  l'artère  hépatique,  des  canaux biliaires. Ces lobules sont composés de cellules variant fréquemment, selon que le sujet est à jeun ou en période de digestion La  réunion  des  canaux  interlobulaires  forme  les  conduits biliaires, qui, à leur tour, se réunissent et donnent naissance au canal hépatique, qui reçoit le canal cystique venant de la vésicule biliaire.  Le  canal  cholédoque,  formé  des  canaux  hépatique  et cystique, vient aboucher, ainsi que le fait également le canal pancréatique, dans une chambre (ampoule de Vater) ouverte sur la portion de l'intestin grêle formant le duodénum. C'est dans l'ampoule de Vater que s'opère la fusion des sécrétions biliaire et pancréatique, avant de se déverser dans le duodénum.

Venant du gros intestin, où ils ont été captés par une multitude de petites bouches (les villosités intestinales), le sang et le bol alimentaire, transformé en chyle, rejoignent le foie par la veine porte qui le rallie grâce aux milliers de ramifications formées par des veines radiées se terminant en capillaires, ce qui constitue une exception pour une veine.

Après avoir été transformés et épurés, sang et chyle sont collectés par les veines hépatiques, qui les acheminent vers la veine cave inférieure et l'oreillette droite du cſur. Au passage du sang dans le foie,  sont captés les matériaux permettant de  répondre aux différents besoins et, notamment, d'élaborer la bile dont le rôle sera exposé plus loin.

Appliquée  contre  la face interne du foie  et maintenue par le péritoine, la vésicule biliaire se tro u ve, à peu près, sous la dernière côte  droite.  En enfonçant  un doigt sous cette côte,  on  repère  très bien la vésicule, si elle est douloureuse au toucher. C'est un organe  complémentaire  très  important  qui  transforme  une  partie de la bile et en  régularise l'écoulement. La bile normale résulte d'ailleurs de la combinaison des sécrétions arrivant dans le canal cholédoque par le canal hépatique relié directement au foie, et par le canal cystique venant de la vésicule. La vésicule contribue à la fonction de détoxication, ébauchée par le foie lui-même.

L'ablation de la vésicule biliaire rend plus délicates les digestions, conduit à l'appauvrissement du sang et fragilise l'organisme, qui se défend moins bien.


LA BILE

C'est une substance complexe dont les possibilités sont multiples. La  bile neutralise,  par  exemple, l'acidité du chyme (bol alimentaire venant de l'estomac) afin de créer le milieu basique favorable à l'action de la lipase pancréatique sur les corps gras. Non seulement l'absorption des graisses, mais celle  de la vitamine K est favorisée  par la  bile qui se  déverse dans l'intestin,  au même n i veau que la sécrétion pancréatique, dans l'ampoule de Vater. C'est encore la bile qui contribue à l'élimination de certains corps t oxiques et des déchets hémoglobiniques (transformés en pigments biliaires).

La bile est composée de sels biliaires (sels de l'acide cholique), de cholestérol et de bilirubine, pigment qui donne sa couleur à la bile et colore les selles. ÿ la désagrégation de l'hémoglobine des globules  rouges,  le  fer  est  séparé  et  emmagasiné  par  le  foie; d'autres corps (protéines, pigments, etc.) sont également dissociés, et le corps subsistant est à la base de la bilirubine.

On  trouve des liens de parenté  entre le cholestérol, les  sels biliaires et certaines hormones des glandes sexuelles et surrénales.

Après élaboration par le foie, ces corps y reviennent sitôt le passage de la paroi intestinale. Une fois utilisée, la bile n'est pas intégralement éliminée, avec les matières fécales; une partie est récupérée à son passage dans l'intestin et dirigée vers le foie où elle sera rénovée et mêlée aux nouvelles sécrétions.

D'autres substances de désassimilation peuvent être utilisées pour l'élaboration de la bile. Une  défaillance  du foie  aura,  là encore, les plus graves répercussions sur la composition de la bile et, partant, du sang.


LES FONCTIONS

Aussi lourd que le cerveau de l'homme, dont le poids moyen est de 1,5 kg, le foie peut atteindre 2 kg avec le sang que renferme habituellement l'organe vivant. C'est la plus grosse des glandes et il assure de nombreuses fonctions.

Organe de la digestion, il participe à cette fonction, comme le font l'estomac, les glandes salivaires et gastriques, le pancréas, le duodénum, etc. Certaines de ses sécrétions se déversent dans le tube digestif, d'autres directement dans le sang. C'est non seulement un filtre placé entre l'intestin et le cſur, mais un organe biliaire et une glande endocrine jouant, à ce titre, un rôle des plus importants  sur  le maintien  ou  le  rétablissement  de  l'équilibre général. La fonction hépatique est capitale dans la formation du sang, la transformation des protides et des graisses, la fixation des matériaux  d'entretien ou  de  construction, la  neutralisation  de certains poisons, la production de plusieurs enzymes, l'accomplissement des fonctions de régulation.

Non  seulement le foie  contribue  à la  répartition des matériaux, mais c'est également lui qui en assure la  transformation biologique préalable, l'humanisation indispensable à leur utilisation. Hors ce processus, les meilleurs aliments pourraient se comporter en poisons pour l'organisme.

Le foie élabore aussi des substances de protection dont l'absence ou l'insuffisance peut favoriser l'apparition ou la permanence des infections.


FONCTION DIGESTIVE

Par vingt-quatre heures, le foie sécrète de 500 à 1 000 cc de bile dont  le  rôle est primordial  pour la  digestion et  l'utilisation des graisses, grâce à certains sels biliaires (notamment glycocholate et taurocholate de sodium). ÿmulsionnant,  puis  accompagnant les graisses, après transformation  en acides gras  et glycérine, ces sels permettent l'action des enzymes et de la lipase pancréatique.

Les  substances  nutritives  ne  sont définitivement  «humanisées» et métabolisées qu'après intervention des  sécrétions hépatiques. Sans cette culminante transformation, nous serions intoxiqués par presque tous les aliments. La toxicité d'un remède chimique peut être atténuée s'il emprunte la voie buccale, ou même la voie rectale de préférence à l' introduction directe dans le sang.

Seulement  cela  se  termine bien vite  par l'épuisement  du foie  et même par la destruction de ses cellules par le médicament. C'est encore le foie qui doit transformer, puis fixer ou éliminer les poisons, tels les ptomaïnes des tissus animaux, la nicotine du tabac, la caféine du café, la théine du thé, la  théobromine du cacao, etc., ainsi que tous les déchets ou toxines charriés par le sang.

Avec  la  bile  se  terminent  la  digestion  et  l'assimilation  des graisses commencée par le suc pancréatique. Les graisses ne peuvent  être  utilisées  qu'après  avoir  été  émulsionnées  par  la  bile.

C'est encore au niveau du foie que  sont filtrés  et  transformés, avant utilisation ou  stockage, les albumines,  sucres, vitamines, etc. Les glucides non utilisés immédiatement sont transformés en graisses et emmagasinés. Les poisons provenant du milieu interne ou de l'extérieur sont neutralisés, la cholestérine transformée en acide cholatique, le fer fixé, le soufre oxydé.

C'est encore grâce au foie et à ses sécrétions que l'acide urique peut être évacué dans l'urine, après  transformation en urée, de même que les  sels ammoniacaux et les acides aminés excédentaires, risquant de devenir dangereux pour l'organisme qu'ils sensibiliseraient à  toute excitation, d'origine protéinique ou autre, s'ils n'étaient pas ainsi  transformés et éliminés. Des déficiences dans ces fonctions conduisent à l'intoxication et à l'hypersensibilisation, se traduisant aussi bien par des crises de rhumatisme que par des poussées d'asthme ou d'urticaire. Dès qu'une substance toxique est absorbée, le foie l'intercepte, la neutralise et la rejette, avec la bile, dans l'intestin. Chaque dose, même minime, provoque toujours un surmenage ou même une défaillance du foie.

Un foie insuffisant ou encombré n'assure que très imparfaitement cette fonction  de  défense.  Une  partie  des  substances  toxiques ingérées passe alors directement dans le sang et dégrade organes et centres nerveux.


FONCTION CÿRÿBRALE

Le foie sécrète une substance indispensable au cerveau, et il lui serait  possible, par ailleurs, d'éliminer une  substance  neurotoxique. La remarque a été faite qu'à mesure que se poursuit la destruction du foie, se ralentit la fonction cérébrale, le cerveau ne pouvant plus élaborer quand le foie est détruit.

(...)

Le foie étant un filtre, des toxines y stationnent inévitablement au moment où l'animal est sacrifié. Cette intoxication supplémentaire se justifie d'autant moins que l'on ne fait ainsi que combler tout à fait provisoirement une carence, sans apporter de remèdes à une anomalie qui ne disparaîtra qu'avec le  rétablissement de fonctions normales.

On peut faire les mêmes réserves en ce qui concerne les transfusions de sang lorsqu'on en comprend le mécanisme. Lors de ces transfusions, les globules rouges sont arrêtés par certaines cellules hépatiques qui incorporent leur pigment ferrugineux aux autres cellules hépatiques chargées de la transformation de l'hémoglobine en pigments biliaires, pendant qu'une autre partie des globules rouges est utilisée à la fabrication de l'hormone dont il a été précédemment question. Pigments et hormone combinés donnent la substance dirigée vers la moelle osseuse pour l'inciter à produire des globules neufs.

C'est seulement par ce processus que l'introduction d'un sang étranger peut contribuer à l'élaboration, du  sang neuf, le  sang transfusé  étant immédiatement  attaqué  par les  anticorps  tapis dans le plasma du récepteur. Il s'ensuit évidemment un conflit se traduisant d'abord par de la fièvre, ensuite par diverses manifestations (urticaire, asthme, etc.). La gravité de ces manifestations est le fait que, lors de la destruction des globules rouges étrangers, les substances qui découlent de leur transformation s'agglomèrent parfois dans les petits  tubes  rénaux et les oblitèrent. C'est la «crise hépatique de  transfusions» qui  peut  être mortelle.  Si  la transfusion  détermine  la  formation  excédentaire  de  pigments biliaires, il en résulte la jaunisse ou ictère.

Parallèlement à cette fonction, qui assure la coagulabilité du sang,  le  foie  en  exerce  une  autre  qui  semble  contraire,  mais concourt en réalité à l'équilibre organique. En effet, sans l'intervention d'une sécrétion hépatique (héparine), le sang se coagulerait dans les vaisseaux (ce qui  se produit, par exemple, avec la phlébite). C'est le foie qui entretient la fluidité permettant la circulation dans les vaisseaux les plus fins.


FONCTION HORMONALE

Indépendamment de la production de ses propres hormones, dont le rôle n'est encore que pressenti, le foie assure la transformation des hormones stéroïdes (surtout sexuelles) et réglemente la production de folliculine. Or, la folliculine en excès fait chuter la norme du calcium dans le  sang, provoque des angoisses, de l'hypersensibilité. Son insuffisance est également un facteur de troubles.

Dans  les  cas  d'hyperfolliculinie, on  remarque  très  souvent d'autres dérèglements ayant leur origine dans une insuffisance ou une perturbation des fonctions hépatiques : constipation, urines foncées et rares, poussées hémorroïdaires.

Il  importe  donc  que  le  foie  soit  placé  dans  les  meilleures conditions  pour  l'accomplissement  de  ses  fonctions  dont  le désordre peut être gros de conséquences.


FONCTION ENZYMATIQUE ET VlTAMINIQUE

Abondamment  pourvu  de  vaisseaux, le foie reçoit le sang venant des intestins par l'intermédiaire de la veine porte. Ce sang va s'enrichir d'enzymes, nécessaires à l'équilibre glycémique (répartition  des  sucres),  à l'équilibre protéique (dégradation et utilisation des albumines), au métabolisme (assimilation et désassimilation) des corps gras et de certaines hormones.

Le foie élabore et emmagasine beaucoup d'enzymes et de vitamines, notamment la vitamine A; laquelle vitamine est stockée par cet organe qui possède également la propriété de transformer en vitamine A le carotène ou «provitamine A».

C'est encore le foie qui  sécrète des harmozones (substances servant aux échanges nutritifs, au maintien du milieu intérieur et des formes du corps).

Lorsque l'on traite la syphilis par les sels de bismuth, ceux-ci exercent une incitation sur la cellule hépatique qui sécrète alors des diastases spéciales détruisant les tréponèmes.


FONCTIONS DE RÿGULATION

Lors  de  la  suralimentation,  le  foie  transforme  en  poisons (urée, etc.), destinés à être éliminés, les substances excédentaires.

Si les fonctions de neutralisation, de régulation et d'évacuation sont défaillantes, cela conduit à l'intoxication de tout l'organisme et  à  des  troubles  sérieux,  affectant  certains organes  essentiels.

C'est ainsi que, de même l'arythmie peut être provoquée par certains corps chimiques toxiques, de même d'autres substances provenant de la désassimilation, et que le foie est parfois impuissant à neutraliser, peuvent causer les mêmes effets.

Le foie est encore mis à contribution pour l'équilibre homéothermique. Sa déficience permanente conduit à un abaissement de la température moyenne. De même, sa suractivité, sa congestion, peuvent contribuer à l'entretien d'une fièvre constante. L'hyperhépatique souffre beaucoup de la chaleur en été, alors que l'hypo supporte mal le froid et n'est pas bien à son aise l' hiver. La régulation des fonctions hépatiques permet de très bien supporter d'assez importantes variations de la température ambiante.

Quand une modification de la composition ou de la densité du sang survient par suite du désordre hépatique, on peut parfois observer l'apparition cyclique de petites taches, rouge vif, grosses comme la tête d'une épingle. Si l'on remarque le plus souvent ces taches sur les bras et la poitrine, leur naissance sur d'autres parties du corps n'est pas rare.


TROUBLES ET LÿSIONS

Avant d'étudier plus à fond les cas survenant le plus fréquemment, il est utile de dresser le  tableau d'ensemble des troubles ou lésions, en nous en tenant à la terminologie classique:

ÿ côté de chaque terme-étiquette, nous ajouterons une note succincte, quitte à revenir ensuite sur les cas où des explications complémentaires s'avéreraient nécessaires.

ICTÿRE (ou jaunisse). - La coloration jaune de la peau et des muqueuses indique une imprégnation des tissus par les pigments biliaires  se  trouvant  en  excès  dans le  sang.  L'ictère peut revêtir la forme aiguë ou être passé à l'état chronique.

On identifie plusieurs sortes d'ictères, selon leur origine, les désordres qu'ils engendrent à leur tour ou les complications qui surviennent. C'est  ainsi que  le terme ICTÿRE HÿMOLYTIQUE indique que la destruction massive des globules rouges s'accompagne d'anémie et d'augmentation du volume de la rate.

L'ictère peut surgir consécutivement à l'obstruction des voies biliaires;  la  bile  ne  s'écoule plus normalement dans l'intestin.

C'est l'ICTÿRE PAR RÿTENTION. L'ICTÿRE PAR HÿPATONÿPHRITE est lié à des lésions ou troubles  conjoints  du  foie  et  des  reins ;  alors  que  l'ICTÿRE PLÿIOCHROMIQUE, signalé surtout par la coloration foncée des selles, indique une trop grande abondance de pigments épaississant la bile et menant entrave à son écoulement.

L'ICTÿRE BILIPHÿIQUE, ou ICTÿRE VRAI, est plus courant. Le passage de la bile dans le sang entraîne la coloration de la peau et des muqueuses. Les urines sont également teintées par suite de l'élimination des pigments biliaires.
L'intolérance gastrique  est  très marquée, des nausées  et des vomissements surviennent et le manque d'appétit est total, ce qui est d'ailleurs heureux car l'alimentation aurait un effet tout à fait défavorable. Le malade frissonne malgré la hausse de la température qui peut atteindre 39 ou 40° C. Si les urines sont foncées, par contre les  selles  sont décolorées, les  pigments,  éliminés  en masse par les voies urinaires, font défaut aux intestins. Ces symptômes peuvent encore s'accompagner de maux de tête, de douleurs des articulations ou d'éruptions (urticaire).

Il n'est pas possible, et ce serait d'ailleurs sans tellement d'intérêt, de décrire toutes les formes de la CIRRHOSE, qui se caractérise  surtout  par  une  prolifération  des  cellules  conjonctives, entraînant une augmentation du volume du foie.

L'HÿPATITE  survient  généralement par  contamination  lors d'une vaccination, d'une transfusion sanguine ou  autre  injection dans le sang. C'est une variante de l'ictè re, et elle se soigne de même Bien que l'on  reconnaisse  plusieurs  variétés  d'HÿPATITE VIRALE, toutes relèvent du «Traitement en cas de crise» figurant plus loin.

Dans la CIRRHOSE ATROPHIQUE, la diminution de volume du foie accompagne la sclérose des tissus; c'est le plus généralement la phase terminale de toutes les variétés de cirrhose.

Une des plus fréquentes est la CIRRHOSE ALCOOLIQUE ou  CIRRHOSE  DE  LAENNEC  qui  s'accompagne  toujours d'ascite (liquide dans l'abdomen). Le ventre est très volumineux alors que le  corps  devient  très maigre. Les membres inférieurs sont enflés; si l'on appuie avec le doigt, la dépression ainsi produite subsiste, le tissu est mou et indolore. Tout ceci indiquant la présence d'un ſdème prononcé. Ces signes s'accompagnent de sécheresse de la bouche et de coloration rouge vif de la langue; la peau est sèche et écailleuse. L'urine est de plus en plus rare; une hémorragie peut survenir.

La CIRRHOSE D'HANOT-GILBERT est une autre forme de  cirrhose  alcoolique  et les  symptômes  sont  à  peu  près  semblables. Seulement, le foie, qui est hypertrophié avec cette cirrhose, est, par contre, atrophié dans la CIRRHOSE DE LAENNEC. Les deux variétés sont également très graves, et peu rassurantes les perspectives d'évolution.

En place de liquide, de la graisse peut s'accumuler dans les tissus hépatiques, c'est  la CIRRHOSE  HYPERTROPHIQUE GRAISSEUSE, alors que la CIRRHOSE HYPERTROPHIQUE BILIAIRE indique une sclérose du foie qui augmente également de volume, de même que la rate. Cette cirrhose peut accompagner un ictère et en hypothéquer l'évolution. Dans la CIRRHOSE BRONZÿE, ce sont les pigments ferrugineux qui s'infiltrent dans le foie, les reins, etc., et donnent à la peau une teinte caractéristique (mélanose). La situation est généralement aggravée par un diabète sucré.

La prolifération du tissu conjonctif peut être provoquée par une inflammation des conduits biliaires. C'est la CIRRHOSE BILIAIRE, pendant laquelle le foie augmente ou diminue parfois de volume. Une manifestation tuberculeuse peut affecter à la fois l'enveloppe du cſur, le foie et le péritoine. (...)

Nous envisagerons, par ailleurs, quelle part le désordre hépatique peut prendre dans la genèse du CANCER. L'organe luimême est parfois le siège de manifestations cancéreuses portant des étiquettes différentes, bien que l'évolution et le résultat final soient  semblables  dans  la  plupart  des  cas,  que  l'on  se  trouve devant un ictère néoplasique, un adéno-cancer avec cirrhose, un sarcome du foie, ou un cancer de la vésicule biliaire ou de l'ampoule de Vater.

Le foie  est  parfois le  siège d'ABCÿS, évoluant lentement, avec montée de la température et sensations douloureuses assez localisées.

Dans la vésicule biliaire, une «boue» peut  s'accumuler et donner naissance à des «calculs», concrétions d'éléments normaux de la bile: pigments et cholestérol, mal utilisés ou non éliminés. La présence de ces calculs dans les conduits biliaires est représentée par le terme de LITHIASE BILIAIRE. C'est lorsque se manifeste un début d'évacuation des concrétions qu'apparaissent les COLIQUES HÿPATIQUES qui sont le plus souvent ressenties par les femmes. Le sommet de la douleur se situe vers trois heures du matin. ÿ l'emplacement de la vésicule biliaire, sous le rebord costal droit, apparaissent soudainement les douleurs avec maximum au niveau du sein droit et irradiations vers l'épaule et la pointe de l'omoplate droite. L'inspiration complète est parfois impossible, par suite d'un certain blocage respiratoire. S'il n'y a pas  de  troubles urinaires, des nausées, voire des vomissements, peuvent survenir. La bouche est amère ou pâteuse. Le deuxième jour de la crise, la  température peut monter jusqu'à  40° C - indiquant l'importance de l'effort accompli par l'organisme - puis redescend en quelques heures. En tout, la crise dure environ trois jours.

Une  température  constante indique la  persistance de l'état morbide et implique des soins prolongés dont les modalités sont précisées d'autre part.

L'INSUFFISANCE HÿPATIQUE peut être le fait de l'obstruction partielle des canaux biliaires par de la boue ou des calculs biliaires, mais souvent aussi celui d'une défaillance dans les fonctions. Un organe dégénéré peut ne pas présenter de lésions ou  d'anomalies apparentes et pourtant n'être pas capable d'accomplir des fonctions normales.

Le  surmenage  alimentaire  entraîne  un  ralentissement  des fonctions hépatiques par engorgement des conduits. Il en résulte la classique «crise de foie» qui se manifeste par des nausées, voire des vomissements, de la constipation ou de la diarrhée, des maux de tête et des vertiges, des frissons, un teint terreux. Cette crise est parfois  précédée  de  certains  signes,  différents  selon  les  sujets (éblouissements, dégoût pour la nourriture, frilosité, sensations d'échardes sous les ongles, etc.).


LES SIGNES DE DÿSORDRE QUELS SONT  LES SIGNES APPARENTS,  CONSTANTS OU NON, D'UN DÿRÿGLEMENT DU FOIE?

Teint jaune. - On connaît la coloration jaunâtre de la peau, des muqueuses, du globe de l'ſil.

Taches. - Parfois, la coloration n'est pas uniforme et donne naissance à des taches foncées au visage et sur la face dorsale des mains. La  présence  de  cholestérol  en  excès  se  traduit  par  de petites protubérances aux paupières. Ces petites «cloques» ne présentent pas la même coloration que les tissus voisins. D'autres taches apparaissent sur le front, autour du nez. Souvent, la peau paraît mal lavée. Nez  rouge. - L'influence  défavorable  d'une  déficience  des fonctions biliaires, lors de la digestion, est souvent à l'origine du nez rouge.

La bouche. - Souvent la bouche est «pâteuse», surtout au réveil. On remarquera aussi une sensation d'amertume. L'haleine est «forte» ou même franchement nauséabonde. La langue est recouverte d'un enduit saburral, blanc, jaune ou même verdâtre.

L'insalivation exagérée peut être provoquée par une inflammation de la vésicule biliaire. Nausées. - Le désordre hépatique est presque toujours à l'origine des nausées et renvois de bile. Parfois aussi, surviennent des vomissements. Le sujet manque d'appétit et ressent une impression de dégoût, même devant les aliments habituellement appréciés. Le malade se plaint d'avoir «mal au cſur», parce que ces «écſurements» déterminent une sensation de «soulèvement» du cſur.

Gaz. ' La présence de gaz dans l'intestin revêt un caractère normal, si le phénomène n'est pas  trop fréquent, si ces gaz s'évacuent normalement par en bas et s'ils sont inodores. Lors du transit les gaz exercent un utile massage des intestins et favorisent le péristaltisme. Trop souvent, il n'en est pas ainsi et des gaz putrides se forment  et  s'accumulent, provoquant ainsi les inesthétiques  et pénibles «ballonnements». Ces gaz peuvent se répandre dans l'organisme ou se localiser en des «poches», cavités ménagées artificiellement dans ou entre certains organes. La cause de cet état de choses est dans une sécrétion insuffisante de bile.

Au niveau du duodénum, le bol alimentaire, privé de bile, se corrompt et il  se produit alors un dégagement de gaz putrides qui, avant de se répandre dans le canal intestinal, provoquent un gonflement en ceinture, ce sont les «ballonnements».

Points douloureux. - Il a été dit que les coliques hépatiques sont généralement le fait d'une évacuation - ou d'une tentative d'évacuation - de calculs biliaires ou, tout au moins, d'une boue accumulée dans la vésicule. Or, la présence de calculs, ou même simplement celle de boue, dans la vésicule, peut se traduire, en dehors de ces réactions franches, par une inflammation permanente,  voire  une infection,  de  la  vésicule  et  des  canaux.  Il  en résulte  une  sensation  de  douleur,  plus  ou moins  vive,  dans  la région sous-costale droite. Parfois, la douleur ne se manifeste qu'à la palpation; en enfonçant un doigt sous les côtes, à droite, on ressent une douleur.


Lire la suite...


    
Informations pratiques
 Service Clients : 09 77 21 93 47
Mar-Sam 10h-13h / 15h-19h
Contactez Vivre Naturel (Conseils, Renseignements, Commandes, Navigation) Contacter Vivre Naturel
Accès direct au Formulaire de Contact Formulaire de Contact
Foire aux Questions - Frequently Asked Questions Foire Aux Questions
Moyens de Paiement possibles avec Vivre Naturel Moyens de Paiement
Détermination des montants des frais de port Montant des frais de port
Conditions Générales de Vente du site Vivre Naturel Conditions Gales de Vente
Générez vous-même sur mesure vos propres catalogues Vivre Naturel Catalogues Vivre Naturel
Devenez partenaire de Vivre Naturel Affiliations Vivre Naturel
Une Newsletter Spéciale Informations de Santé Naturelle & Conseils de Vie Saine Newsletter Vie Saine
Charte Ethique Charte Ethique
Toutes les Certifications Biologiques ne sont pas équivalentes Certification Bio
Cures et Compléments Alimentaires Dr Clark Cures & Produits Dr Clark
Vivre Naturel
Dernières Infos
Vivre Naturel  Amilo - Pour la maison
Vivre Naturel  Etouffée ou vapeur douce?
Vivre Naturel  Cuisson à basse température
Vivre Naturel
Eau Pure et Vitale chez Soi
Amilo - Système de filtration et de vitalisation de l'Eau pour toute la maison Amilo - Pour la maison
L'eau générée par l'Aqua Avanti EM Aqua Avanti EM
Témoinghage d'un Buveur d'Eau Osmosée & Régénérée Buveur d'Eau Saine
Générateur de Photons Infrarouges et Electyrons Dileka - Pour une Eau de Montagne à la maison! Dileka - L'Eau Vivante
Eau légèrement acide ou bien eau alcaline? Eau acide ou alcaline
Eau Pure et Vitale - Trois appareils haut de gamme Eau Pure & Vitale chez soi
Dux critères pour une eau vivante, pure et vitale Dix critères pour l'eau
Idrogen - Appareil à hydrogéner l'eau Idrogen
Les 10 crières pour une eau de qualité optimale L'Eau de Boisson
Comparaison des trois Osmoseurs-Régénérateurs Osmoseurs Comparés
Viktor Schlauberger et l'Eau Viktor Schlauberger
Vivre Naturel
Sanctum
Coup d'œil sur Sanctum Coup d'oeil sur Sanctum
Vivre Naturel
Dossiers Vie Saine
Présentation du livre Changez d'alimentation par le Professeur Henri Joyeux Changez d'alimentation
Eloge du rebondisseur - Et si l'on rebondissait? Eloge du Rebondisseur
Informations au sujet du parasitisme Parasitisme
Plan d'Irrigation Clôllonique - Mode d'Emploi Planche Nettoyage du Côlon
Citations à méditer... Pour réfléchir
Comment réussir sa Cure de Dépuration selon le Dr Peter Jentschura Réussir sa Dépuration
Comment réussir sa Cure de Dépuration Jentschura? Réussir sa Cure Jentschura
A la découverte des Super-Aliments... SuperAliments
Vivre Naturel
Appareils
Garantie Appareils Dr Clark Garantie Appareils
Appareil de Nettoyage du côlon - Colon Pro Colon Pro - Nettoyage Côlon
Douche Géo-Thermale Relaxarium avec céramiques Eco-Douche
Manuel Utilisation Silver Smart - Générateur  Argent Colloïdal SilverSmart
Utiliser au mieux le Silver Smart - Indications Pratiques Silver Smart Utilisation
Vivre Naturel
Produits Naturels
Au sujet de la qualité de l'acérola proposée par Vivre Naturel Au sujet de l'acérola
A la Découverte de la Shungite Découvrir la Shungite
Découvrir les Fruits Séchés et les Fruits Lyophilisés Découvrir les Fruits Secs
Flore de Saintonge - Le savoir-faire tradutionnel Flore de Saintonge
Goji de Montagne - Récolte 2013 - Saison 2014 Goji de Montagne
Klamath proposée par Vivre Naturel Klamath
Découvrir le Goji de Haute Montagne Le Goji de Montagne
Faites-vous-même votre laque avec du jus de citron! Laque au citron
La Céréale Sacrée des Dogons Le Fonio
La stévia entière enfin reconnue comme sucrant naturel La stévia enfin reconnue
Plus au sujet du Mile de Manuka Miel de Manuka
Tout savoir sur la Spiruline Tout sur la Spiruline
Vivre Naturel
Films - DVDs
Recettes d'Alimentation Vivante - Dany Culaud DVD Alimentation Vivante
Les films-conférences de Jean-Jacques Crèvecſur DVDs - J.J. Crèvecoeur
Lumière - La Nourriture Pranique - Le Film Lumière - Le Film
Tous cobayes! - Un film de Jean-Paul Jaud Tous Cobayes!
Severn, la voix de nos enfants - Un film événement de Jean-Paul jaud Severn, la voix des enfants
Vivre Naturel
Livres
En savoir plus sur Andreas Moritz Andreas Moritz
Diagnostic: Enfin en bonne santé! Diagnostic Bonne Santé
Livre sur Hildegarde von Bingen Hildegarde de Bingen
Le foie, mon partenaire santé - Extraits du livre de Raymond Dextreit Le foie mon partenaire
Maladies émergentes: Comment s'en sortir? Maladies émergentes
Michel Dogna, un allumeur de réverbères Michel Dogna
Vivre Naturel
Albums - CDs
La Souce d'Emeraude - CD  de Michel Pépé La Source d'Emeraude
Le Chemin du Nirvan - CD de Michel Pépé Le Chemin du Nirvana
Alchimia d'Amore - Vidéo sur la base de l'album de Michel Pépé Alchimia d'Amore
L'Eveil du Lotus - Vidéo de l'album de Michel Pépé L'Eveil du Lotus
Terre Céleste - Un album de Michel Pépé Terre Céleste
The Wings of Love  - Les Ailes de l'Amour - Michel Pépé The Wings of Love
Vivre Naturel
Vivre Naturel
Affiliation Vivre Naturel Affiliations Vivre Naturel
Conditions de participation au Programme d'Affiliation de Vivre Naturel Affiliations - Conditions
S'inscrire au Programme d'Affiliation Vivre Naturel Affiliations - Inscriptions
Hébergement performant Hébergement 1and1
Objectifs de Vivre Naturel Objectifs Santé
vivrenaturel.com site responsive Site responsive
Vivre Naturel - A l'Ecoute de ses Intuitions intimes Vivre Naturel

;