Pourquoi cuisiner à basse température?

 

5 bonnes raisons de cuisiner à basse température

sans eau ni matière grasse

 

CUISSON DOUCE = CUISSON SAINE

Vous préservez vitamines, minéraux et oligo-éléments. Vous évitez la mutation des graisses à forte température. Vous cuisinez avec moins de sel et sans matière grasse. Matériau neutre sans interaction avec les aliments.

 

SAVEUR INCOMPARABLE

Les aliments cuisent en dépression dans leur propre humidité: ils ne sont pas dénaturés par une forte température ni délavés par l'eau de cuisson. Ils révèlent toute leur qualité gustative naturelle.

 

CUISINE MINCEUR

L'on mange moins, car des aliments contenant plus de nutriments sont plus nourrissants. L'on sale moins et n'ajoute pas de matière grasse.

 

USTENSILES ECO-RESPONSABLES

L'on réduit sa consommation d'énergie en cuisant à feu doux et puis même, pour finir, à feu éteint! L'on s'équipe d'un matériel durable d'une résistance exceptionnelle, l'inox 18/10 chirurgical, bénéficiant d'une garantie illimitée.

 

SIMPLE ET PRATIQUE

Grâce aux ustensiles de cuisson à basse température choisis par Vivre Naturel, cuisiner devient facile et rapide avec peu ou pas de surveillance, en fonction du thermomètre.

 

 

Action de la cuisson sur les aliments

La qualité ou densité nutritionnelle des aliments est définie par leur teneur en nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments, etc.). Quelle que soit cette densité nutritionnelle (plus élevée dans les aliments frais, de culture biologique et dans les produits entiers non raffinés), elle est altérée par la cuisson.

Quelles en sont les conséquences?

Des aliments moins nutritifs, car ils ont perdu leurs vitamines soit par une température de cuisson trop élevée soit parce qu'elles ont été jetées avec l'eau de cuisson. Des minéraux et oligo-éléments devenus non assimilables, d’où un surcroît de travail d’élimination pour les émonctoires (notamment le foie et les reins) et une surcharge toxinique due aux nutriments qui ne sont pas éliminés. Des nutriments qui ont muté et qui peuvent devenir cancérigènes.

 

 

Effets négatifs de la chaleur sur les aliments - Bon à savoir

Au cours de la cuisson plusieurs seuils de température sont progressivement atteints avec des conséquences toujours plus dommageables:

A 40°C: Les huiles de première pression à froid se dégradent. Entre 60°C et 75°C: La Vitamine C est partielle détruite. A 80°C: Les acides gras s'oxydent. A 90°C-95°C: Certaines Vitamines B sont détruites, ainsi qu'une grande partie de la Vitamine E. A 100°C: Les minéraux et oligo-éléments sont précipités, ce qui fait qu'ils deviennent inassimilables.
A 110°C: Les Vitamines A et D s'oxydent. A 120°C: Les autres Vitamines, B2, E et PP, sont détruites; les graisses mutent. A 250°C: La réaction de Maillard se produit; la conséquence en est la production de molécules mutagènes.

 

 

Qu'est-ce que la réaction de Maillard?

La réaction de Maillard est une réaction chimique que l'on peut observer lors de la cuisson d'un aliment; elle correspond à l'action des sucres sur les protéines, et contribue notamment au goût des viandes rôties. C'est durant cette fameuse réaction de Maillard que les acrylamides - considérés comme très probablement cancérigènes - sont formés.

La réaction de Maillard ou glycation se produit à chaque fois qu'un aliment est rôti ou même simplement roussi ou bruni par la cuisson. A noter que cette très préjudiciable réaction de Maillard peut, dans la plupart des cas, être évitée par une cuisson à l'étouffée douce (si le feu n'est pas trop fort ou la cuisson pas trop longue par rapport à la quantité d'humidité provenant des aliments aqueux disponible) et, dans tous les cas (aussi longtemps qu'il reste de l'eau dans le faitout), par une cuisson à la vapeur douce.

 

En savoir plus sur la glycation ou réaction de Maillard

 

En savoir plus sur la découverte du chimiste Louis-Camille Maillard


Haut