• Informations
  • Infos pratiques
  • Eau pure et vitale chez soi
  • Cosmétiques Sanctum
  • Dossiers Vie Saine
  • Appareils
  • Produits Naturels
  • Films DVD
  • Livres
  • Albums CD
  • Vivre Naturel
  • Mieux-Etre
  • Compléments alimentaires
  • Nutrition Saine
FACEBOOK
Cliquez sur "J'aime" et rejoignez notre communauté sur Facebook. En récompense, vous obtiendrez immédiatement un bon de réduction d'une valeur de 2€.

 

Le Goji de Haute Montagne


Séchage du goji au Soleil en Mongolie


Par choix tout à fait délibéré, depuis le début, Vivre Naturel ne propose que du goji de haute montagne, donc du goji "haut de gamme", qu'il provienne du Tibet (4200 mètres d'altitude) ou de la Mongolie (entre 2000 et 3000 mètres d'altitude).

La raison de ce choix est qu'il ne serait pas très utile de proposer le même goji que celui que l'on trouve maintenant couramment dans de nombreux super-marchés. Le critère premier pour Vivre Naturel est toujours le meilleur produit, c'est-à-dire, en particulier, le meilleur pour la santé. Tous les fruits et tous les légumes ont des vertus propres, mais celles du goji, même s'il n'est légalement pas possible de dire lesquelles sur un site commercial, sont, à cet égard, tout à fait exceptionnelles, ce qui pousse de nombreuses personnes à faire, chaque année, à titre de remise en forme, une cure de goji de quelques mois...

Même si c'est devenu nettement plus rare (les véritables amateurs de vrai goji sont de mieux en mieux informés), il arrive encore que des clients occasionnels disent: "J'ai trouvé du goji moins cher ailleurs!". C'est un peu comme si, dans un super-marché, un client stationnant devant le rayon des vins de Champagne ou des Bordeaux millésimés est interpellé par un ami faisant ses courses avec lui et lui disant en désignant, un peu plus loin, le rayon des vins de table en boîtes de carton aluminisé: "Viens plutôt par ici, j'ai trouvé du moins cher!". Il convient donc, bien sûr, de comparer ce qui est comparable.

Et pour cela il convient de savoir que 80% du goji commercialisé dans le monde provient de la plaine de NingXia à l'Est de la Chine, où il est massivement produit avec les méthodes modernes d'agriculture, souvent à grand renfort d'engrais et de pesticides, et là où il est arrivé que des gojis officiellement labellisés "bio" contiennent plus de pesticides que des "non Bio"... C'est donc du goji de plaine produit par l'agriculture "moderne".

Etant donné que l'on trouve aussi du goji en Inde et dans quelques autres pays, le goji produit au Tibet et en Mongolie ne représente pas plus de 10% de la production mondiale... Dans les deux cas c'est du goji de montagne. et même, au Tibet (Haut-Plateau de Qinghaï au Namdo), du goji de très haute montagne. S'il est sensiblement plus cher c'est déjà parce qu'il est beaucoup plus rare (10 fois plus que le goji chinois de NingXia) [or, il est bien connu que "tout ce qui est {plus} rare est {plus} cher!"], parce qu'il pousse plus haut (ce qui est un facteur important pour être protégé de la pollution), et aussi et surtout, parce que - lié aux autres facteurs - sa qualité est bien supérieure.

Le "goji" ordinaire - par conséquent, le goji de plaine - est donc tout à fait suffisant pour faire de la salade "exotique", mais si l'objectif est de faire une cure de goji de plusieurs mois pour "se faire du bien", alors, sans hésitation, le choix du goji de montagne s'impose, car la différence de qualité entre le goji de plaine et celui de montagne est tout à fait importante et justifie largement l'écart de prix.

Cette année, pour ceux qui veulent être absolument sûrs d'avoir un produit de qualité irréprochable, pour la première fois (il y a quelques années, il n'y avait pas encore de goji certifié biologique en Mongolie), il a même été possible d'obtenir du goji labellisé biologique. Il coûte quelques ⿬uros de plus le sachet, mais c'est le prix des méthodes de culture Bio conformes au cahier des charges et celui de la certification...

Il faut aussi expliquer qu'il existe une confusion au sujet du nom "goji". L'Institut Tanaduk (axé sur l'utilisation des plantes traditionnelles tibétaines pour l'amilioration de la santé) explique, en effet, que seul le goji du Tibet et de la Mongolie peut réellement être appelé "goji" (nom donné, il y a plusieurs déceniies, par Bradley Dobos, de l'Institut Tanaduk), en anglais "gojiberry" [= "baie de goji"]. Le soi-disant "goji" de l'Est de la Chine et d'ailleurs ne serait, en fait, pas de véritables "gojiberries" mais seulement des "wolfberries" ["baies de loup"] uniquement et abusivement et appelées "goji" pour des raisons purement commerciales.

Selon l'Institut Tanaduk, la désignation abusive est maintenant tellement répandue qu'il est devenu très difficile de vouloir rectifier les choses... Les fausses appellations, comme les fausses idées, ont la vie dure (exemple: les épinards - voir "Popeye, the sailorman"! - qui contiendraient énormément de fer, alors que beaucoup d'autres légumes en contiennent nettement plus, l'erreur remontant à une faute de dactylo commise par une secrétaire, qui, sur sa machine à écrire, aurait tapé un zéro en trop...).

Toujours selon l'Institut Tanaduk le véritable goji est lié à des terroirs et conditions d'ensoleillement tout à fait particuliers, lesquels n'existent qu'au Tibet en Mongolie. Quant aux exceptionnels nutriments contenus par le goji (24 polysaccharides, germanium, bétaïne, vitamine C, etc.) ils seraient grandement liés aux grands écarts de température existant en montagne entre, d'une part, le jour et la nuit et, d'autre part, l'été et l'hiver, obligeant la plante à produire ces nutriments de qualité en grande proportion se retrouvant dans ses fruits, afin de vaillamment se défendre contre ces conditions extrêmes (chauds et froids à répétition)...


En savoir {encore} plus sur le goji de {haute} montagne

 

Se procurer du goji de haute montagne