zoom_in
keyboard_arrow_left keyboard_arrow_right

DVD - Seul contre tous

Code: 1193
En stock: 22
11,00 €
TTC

DVD "Seul contre tous" - Un film de Jean-Jacques Crévecoeur

Enfin un film sur cet immense bienfaiteur de l'humanité - nouveau Galilée de la Médecine - introduisant avec sa Médecine Nouvelle Germanique (GNM), une véritable révolution dans la compréhension de la santé et de la maladie, comparable à celle introduite, trois siècles et demi plus tôt, par Galilée dans le domaine de la connaissance du Cosmos!

Un film qui interpelle les consciences, un immense espoir pour tous les malades!

DVD "Seul contre tous" - Un film de Jean-Jacques Crévecoeur

Enfin un film sur cet immense bienfaiteur de l'humanité - nouveau Galilée de la Médecine - introduisant avec sa Médecine Nouvelle Germanique (GNM), une véritable révolution dans la compréhension de la santé et de la maladie, comparable à celle introduite, trois siècles et demi plus tôt, par Galilée dans le domaine de la connaissance du Cosmos!

Un film qui interpelle les consciences, un immense espoir pour tous les malades.
.


Le cancer: une maladie en constant accroissement...

Selon les impitoyables statistiques, actuellement, en Occident, le cancer atteint ou atteindra près d'un homme sur deux et au moins une femme sur trois...

Autant dire que, que ce soit directement ou indirectement, le cancer concerne "tout le monde"! Qui n'a jamais eu un seul parmi ses proches, parent, enfant, frère ou soeur, ami ou amie, conjoint ou conjointe, atteint de cette "terrible maladie"?

Mais qui écoute ce que le mal-a-dit?

Le cancer apparaît à la plupart des êtres humains comme un fléau extérieur à eux-mêmes qu'il convient de combattre énergiquement de l'extérieur à coup de "téléthons" et de milliards injectés dans la recherche médicale.

La vision présentée dans le film "Seul contre tous!" narrant la vie et l'oeuvre du Docteur Ryke Geerd Hamer est toute différente!

Déjà l'on apprend avec stupéfaction non seulement que les milliards injectés dans la "recherche médicale" depuis des décennies n'ont servi à rien mais qu'ils ne serviront jamais à rien, tout simplement parce que l'on a cherché et continue à chercher dans une mauvaise direction!

En réalité, les moyens non seulement de soigner mais de guérir le cancer ne sont plus à chercher, étant donné que la manière de guérir non seulement le cancer mais toutes les maladies a déjà été trouvée.

Cela s'est passé au début des années quatre-vingt, et la découverte fondamentale est le fait d'un médecin allemand, le Docteur Ryke Geerd Hamer. Ses travaux, dont le bien-fondé a déjà été prouvé par des milliers de guérisons, ont, malgré les obstacles et les refus de la plupart, été vérifiés dans plusieurs universités et sont appliqués par des centaines de médecins dans le monde.

Cette découverte nous montre, sans l'ombre d'un doute, que, si le patient est capable d'une minimale remise en cause de sa personne, dans tous les cas, le cancer est guérissable!

Mais alors, d'où vient que, rien qu'en Allemagne, chaque jour, 1500 personnes décèdent encore du cancer?

D'où vient que la "Médecine Nouvelle" est encore aussi peu connue? D'où vient que cette formidable nouvelle selon laquelle, à 98% des cas, le cancer peut être guéri n'est pas clamée, à grand renfort de trompettes, par les grands médias et les journaux!?!

Comme l'on dit, "cherchez l'erreur!"...

* * * * * * *

UN LEGS - UN CHEMIN LONG ET DIFFICILE

- Extraits du témoignage du Docteur Ryke Gerd Hamer -


"Tout a commencé avec mon propre cancer des testicules en 1979, après la mort de mon fils abattu par le prince héritier italien. Il est décédé le 7 décembre 1978, quatre mois après le tir mortel. Comme je le sais aujourd'hui, j'ai subi à l'époque un conflit de perte en correspondance avec le cancer des testicules. A l'époque je ne connaissais pas encore cette relation de cause à effet, mais je soupçonnais que l'enflure des testicules que je ressentis deux mois après la mort de mon fils DIRK, avait quelque chose à voir avec sa mort. Je n'avais jamais été sérieusement malade, ni avant ni après, et je fis le projet de chercher, dès que j'en aurais l'occasion, si tous les patients atteints de cancer n'avaient pas subi auparavant un choc aussi terrible que le mien.

Le conflit

Le 7 décembre 1978 au soir, mon fils est mort dans mes bras à la clinique chirurgicale universitaire d'Heidelberg. Le jour le plus noir de ma vie. Le plus grand désespoir que puisse éprouver un être humain lorsqu'il perd un enfant! Et cela au milieu d'une haie de médecins et d'infirmières hostiles. (...) J'étais tout seul?

Un autre choc conflictuel

Le père de la victime, qui venait de perdre son fils, ne fut pas le seul à contracter une maladie en cette journée du 7 décembre 1978, sous la forme d'un cancer des testicules, un autre père, le père du meurtrier, qui perdit son nom et son honneur, fut atteint du cancer (des os): Umberto d'Italie. Son estime de soi s'était effondrée. Il était maintenant le père d'un meurtrier, la famille de Savoie était déshonorée pour l'éternité: une famille de meurtriers!

Umberto nous a fourni une preuve classique du déroulement du conflit et de sa correspondance exacte avec le déroulement du cancer. Tant que la maison de Savoie pensait pouvoir éviter le procès et retenir l'aveu officiel du meurtre - entre-temps l'on m'avait offert 2.000.000 DM (environ 7.000.000 FF) pour mon silence - la maladie de l'ex-Monarque se stabilisait à la mesure du conflit qui semblait se calmer. Toute l'affaire devait s'enliser. S'il n'y avait pas de procès et par la suite pas de jugement, l'on en parlerait encore un peu, puis, un jour, tout se serait calmé.

Mais lorsque la Haute Cour de justice française, la Cour de Cassation, décida, le 18 mai 1982, d'accuser le prince du meurtre présumé et d'entamer le procès immédiatement devant la Cour d'Assises, cela provoqua chez Umberto une récidive dramatique du conflit et du cancer des os. Son estime de soi était anéantie! (...)

Il avait fait dire qu'il aurait mieux valu qu'il vienne se jeter aux pieds de la mère de DIRK assassiné en implorant son pardon, au lieu de penser sans cesse à de nouveaux "trucs" et combines pour corrompre la vérité et le droit. Ainsi se déroule le conflit de la perte de l'estime de soi et en cela, il se conforme exactement à la LOI D'AIRAIN DU CANCER.

Comme je le sais aujourd'hui, j'ai moi-même solutionné mon conflit, dont l'élément conflictuel résidait dans le fait que je me faisais les pires reproches de n'avoir pas soustrait mon fils DIRK à l'ambiance humaine détestable de la clinique universitaire d'Heidelberg lorsqu'il en était encore temps, en discutant de manière intensive avec mon épouse, qui était une femme docteur pleine de bonté et d'expérience.

A cette période, il m'aurait été égal de mourir. Même lorsque l'on m'a appris que j'avais un cancer, la nuit je ne rêvais que de mon DIRK. A l'époque, j'ai été opéré, à présent que je connais la LOI d'AIRAIN DU CANCER, je ne me laisserais certainement pas opérer. (...)

J'annonçai à la RAI et à la télévision bavaroise, le 5 octobre 1981, que j'avais trouvé un nouveau système pour l'apparition, la localisation et le déroulement du cancer. Je nommais le mécanisme de formation: "DIRK-HAMER-SYNDROM", car ce mécanisme de formation du cancer m'avait été donné à observer sur moi-même à la suite du décès de mon fils! (...)

Un legs

Par mon travail intensif dans la clinique anticancéreuse bavaroise en question, ma certitude que chaque maladie cancéreuse débute par un très gros choc psychique conflictuel, augmentait. Toutefois, il fallait encore passer sous silence que la compréhension totale du système de formation du cancer, et même l'apparition de ce qui est couramment appelé maladie, avait nécessité une aide extérieure. C'est pourquoi, fidèle à la vérité, je n'ai pas peur de reconnaître ce qui s'est produit par la suite, même si cela peut paraître "non scientifique" à beaucoup de personnes.

La LOI D'AIRAIN DU CANCER est le legs de mon fils DIRK, décédé. Par sa mort, il a non seulement donné l'occasion de découvrir ces rapports, mais il a - ainsi que je le pense - participé beaucoup plus qu'on aurait pu le supposer jusqu'à présent à cette découverte, même après sa mort.

Cela s'est passé de la façon suivante:

En septembre 1981, alors que je pensais pour la première fois avoir découvert un système dans la genèse du cancer, c'est-à-dire le SYNDROM DIRK HAMER, j'ai senti, comme on dit, mes genoux flageoler. Cette découverte me semblait trop importante pour y croire moi-même. Durant la nuit j'ai fait un rêve. Mon fils Dirk, dont je rêve souvent et avec qui je discute, m'est apparu, souriant de son bon sourire habituel et me disant: "Geerd, ce que tu as trouvé est juste, très juste, je peux te le dire, car, à présent, j'en sais plus que toi. Tu as très bien vu. Cela va déclencher une révolution dans la médecine. Tu peux le publier sous ma responsabilité! Mais tu dois continuer à chercher. Tu n'as pas encore tout trouvé, il te manque encore deux choses importantes!".

Je me réveillai et avais bien gravé en moi toutes les paroles de notre conversation. J'étais enfin tranquillisé et fermement convaincu que le DIRK HAMER SYNDROM était valable. Jusqu'alors j'avais examiné près de 170 patients. (...)

Dans cet élan, je continuais à examiner d'autres cas. Je savais très bien qu'avant peu l'on m'enlèverait ce travail à la clinique, car mes résultats contraient la médecine d'école.
Tandis que je continuais à examiner non seulement de nouveaux cas, mais de façon ciblée, tout en revoyant aussi les anciens cas que j'avais rassemblés dans des tableaux, je fis une constatation stupéfiante.

Par exemple, le cancer du col de l'utérus se rapportait toujours à un vécu conflictuel très particulier, au niveau sexuel. Le cancer du sein, se rapportait toujours à un conflit, de partenaire non sexuel, humain, général, ou un conflit mère/enfant, le cancer de l'ovaire se rapportait à un vécu conflictuel de perte (suite à un décès, à un départ) ou conflit (laid) génital-anal etc?

Le psychisme définit le lieu de formation du cancer

Ces connaissances me paraissaient d'une part logiques et raisonnables, d'autre part plus raisonnables que je n'aurais pu le croire, car elles allaient non seulement à l'encontre de la
médecine d'école, mais elles bouleversaient également toute la médecine, car cela signifiait seulement que le psychisme définit le lieu de formation du cancer.

Je ressentis de nouveau mes genoux flageoler. Toute l'affaire semblait me dépasser d'au moins trois pointures. La nuit suivant, je rêvais de nouveau et parlais en rêve avec mon fils DIRK. Il me félicita et dit: "Chapeau, Geerd, tu as vraiment trouvé très vite, tu as fait ça très bien!". Puis il eut de nouveau son incomparable sourire et dit: "A présent, il te manque encore une chose, et tu auras tout trouvé. Tu n'as pas encore le droit d'arrêter. Tu dois continuer à chercher encore. Ta vas certainement la trouver aussi".

Je me réveillais de nouveau, d'un coup, complètement convaincu de la justesse de mes résultats et continuais à chercher fiévreusement, comme Dirk l'avait souhaité en dernier. A présent, j'examinais les cas suivants selon les critères que je connaissais déjà et j'établis qu'ils correspondaient exactement dans chaque cas. DIRK avait donc eu raison. Je n'étudiais pas seulement les cas restants, pour lesquels j'avais établi un protocole avant et après, mais aussi les "carcinomes en sommeil" et les cas suivants:

Le mystère des carcinomes en sommeil

Le mystère des rapports entre l'apparition du cancer et, comme on le verra plus loin, "l'ensemble de la médecine", comme je l'avais déjà pressenti durant l'été 1981,se situait dans la compréhension du "carcinome en sommeil". A l'époque, je disais à mes collègues: "Quand nous aurons trouvé pour quelle raison ils sont en sommeil, nous aurons découvert le secret du cancer".

Les collègues se tapotaient le front et me prenaient pour un "fou". Ils ne pouvaient pas comprendre que Hamer faisait des recherches dans tous les services de la clinique et cherchait des "carcinomes en sommeil" ainsi que ce qu'ils pouvaient bien avoir en commun.

Une course contre le temps

C'était une course contre la montre. Je savais parfaitement que l'interdiction de continuer à examiner des patients allait très prochainement me tomber dessus. Durant mon dernier service de week-end, je poursuivis mes recherches quasiment jour et nuit.

C'est alors que je vis soudain poindre une découverte tout simplement époustouflante: Dans les cas où les patients avaient survécu, le conflit avait toujours été réglé; d'autre part, le conflit n'avait pas été résolu dans les cas où les patients étaient décédés ou dont l'évolution se poursuivait.

Pourtant je m'étais déjà habitué à tenir pour juste ce que les collègues auxquels j'essayais d'en parler décrivaient comme pure déraison et dont ils ne voulaient absolument rien savoir de plus. Mais cette découverte était trop grande pour moi, de trois pointures ou plutôt de dix. J'étais bouleversé et j'avais littéralement les jambes en coton. Dans ces conditions j'avais du mal à attendre la prochaine nuit pour présenter mes devoirs à mon maître DIRK.

Je rêvais à nouveau de mon DIRK, aussi clairement que les dernières fois. Cette fois il était tout simplement éperdu d'admiration, souriait avec reconnaissance et dit: "Je n'aurais pas cru possible que tu y arrives aussi vite. Oui, c'est juste maintenant que tu as tout. Il ne te manque plus rien. C'est exactement comme cela que ça se passe. A présent tu peux tout publier sous ma responsabilité. Je te promets que tu ne vas pas te couvrir de ridicule, car c'est la vérité".

Le lendemain matin, lorsque je me réveillais et revis clairement le rêve devant moi, tous mes doutes étaient envolés. J'avais toujours pu croire mon DIRK et maintenant qu'il était mort, encore plus."

La LOI d'AIRAIN DU CANCER était née!



Lire le récit complet du Docteur Hamer sur le site Médecine Nouvelle:

Médecine Nouvelle



Nouveau Site: http://www.germanique-nouvelle-medecine.com/

Et voir tout cela, pédagogiquement raconté et expliqué en images par Jean-Jacques Crèvecoeur, dans le film "Seul contre tous!", que vous n'êtes pas près de voir à la télévision!

Ce film sera à l'origine de nombreuses prises de conscience qui sauveront, en leur permettant de guérir, de tout aussi nombreuses vies humaines!

En effet, les patients du Docteur Hamer qui n'ont pas eu affaire à la "médecine conventionnelle" (qu'il appelle la "médecine d'école") survivent, à 98% (92% autrement, ce qui est déjà tout à fait remarquable!), alors que ceux qui sont uniquement traités par la médecine usuelle (chimiothérapie + radiothérapie) ne survivent (et dans quel état!?!), après 5 ans, qu'à 30% seulement.

Voir aussi:

Seul contre tous!


Sur le même sujet de la Guérison des maladies par la prise en compte du psychisme (activité de l'âme), et même des produits du vouloir - spirituel et intellectuel - voir aussi le e.book:

"Reconnaître pour Guérir".


Et, en plus développé, le livre:

"Le Chemin de la Santé Parfaite".


1193
22 Produits
2010-08-20

Pas de commentaires client pour le moment.

Produits en relation

Haut